COMMUNIQUE DE PRESSE DU 10 OCTOBRE 2016

ALERTE SANTÉ
Information du patient sur l’origine de fabrication
des prothèses dentaires

 

Les prothésistes dentaires français dénoncent l’absence d’information donnée aux patients sur l’origine de fabrication des couronnes et bridges posés dans certains centres hospitaliers ou centres de santé municipaux, ainsi que dans beaucoup de cabinets dentaires privés.

 

 

La législation impose pourtant la remise de cette information, mais cette loi n’est pas respectée par les chirurgiens-dentistes et les établissements de santé.

 

Les patients ont le droit de savoir où sont fabriquées leurs prothèses dentaires.

 

Les patients du CHRU de Lille ou du Centre Municipal de Santé de Fontenay-aux-Roses, sauront maintenant que les couronnes qui leur sont posées proviennent d’Asie.

 

La gestion, essentiellement financière de la santé, que nous imposent les élus et les décideurs, aboutit à préférer le prix bas à la bonne santé des patients.

 

Selon les exigences de la Ministre de la Santé, d’équilibrer les comptes de la sécurité sociale en abaissant les tarifs pratiqués par les praticiens, les négociations conventionnelles en cours sur les tarifs de remboursement des soins prothétiques, conduiront au développement de l’importation de prothèses dentaires au détriment des laboratoires fabriquant en France.

 

Les prothésistes dentaires français exigent le respect de l’information sur l’origine de fabrication et sur le prix d'achat de la prothèse dentaire, dissocié du coût des honoraires du praticien.

 

Laurent MUNEROT
Président de l'UNPPD

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 21 SEPTEMBRE 2016

PROTHÈSES DENTAIRES :
Un nouveau rapport qui dénonce.
Des pouvoirs publics qui renoncent !

 

 

Encore un rapport de la Cour des Comptes (à lire içi) qui dénonce le manque de transparence des prix et le renoncement des patients aux soins en matière de prothèses dentaires.

Et encore un refus du Ministère de la Santé et de l'UNCAM (Union Nationale des Caisses d'Assurances Maladie) de prendre en compte ce rapport.


Des pouvoirs publics qui préfèrent le "statu quo" et la persistance de la connivence entre financeurs et chirurgiens-dentistes, laissant peser sur les patients une surfacturation inacceptable.

 

Des organismes qui refusent aux prothésistes dentaires de participer aux négociations des tarifs des actes prothétiques alors qu'ils en sont les fabricants, certainement pour cacher la vérité sur les prix d'achat des prothèses dentaires : 120 Euros pour une couronne céramique fabriquée en France, 50 Euros fabriquée en Chine et 10 Euros si elle est fabriquée au cabinet dentaire !

 

La population et les patients devront continuer à payer au travers des charges sociales ou autre CSG, des cotisations de mutuelles complémentaires (obligatoires maintenant !). Ils devront continuer à supporter un reste à charge inacceptable, pour être moins bien soignés et se voir poser des prothèses de mauvaise qualité.

 

La négociation conventionnelle qui s'ouvre le 22 septembre prochain doit, en effet, être l'occasion de refonder le système !
Une coopération accrue entre prothésistes dentaires et chirurgiens-dentistes
est nécessaire, avec une transparence effective sur la provenance et sur le prix réel des prothèses dentaires.

 

La santé et la sécurité des patients peuvent être garanties par la promotion d'une prothèse dentaire française de qualité.

 

Le patient doit payer le vrai coût et les financeurs prendre en charge à un niveau acceptable.

 

HALTE À LA MARCHANDISATION DE LA PROTHÈSE DENTAIRE !

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 15 JUIN 2016

LE MAIRE DE FONTENAY-AUX-ROSES CHOISIT
DES PROTHÈSES DENTAIRES CHINOISES
POUR LES HABITANTS DE SA VILLE

 

L'UNPPD n'a eu de cesse de dénoncer le développement des entreprises d'importation de prothèses dentaires. Nous nous heurtons depuis des années à l'indifférence générale. Les revues de syndicat dentaire et les magazines destinés aux chirurgiens-dentistes font la publicité, voire l'apologie de la prothèse d'importation (lire le supplément du dernier numéro de l'indépendentaire) en mettant en avant le seul avantage : le prix.

 

 

Le Maire de Fontenay-aux-Roses a décidé d'attribuer le marché de fabrication de prothèse dentaire de son centre de santé municipal, à un laboratoire d'importation, Labocast pour ne pas le citer.

Bien sûr, on nous rétorquera que les règles des marchés publics ont été scrupuleusement respectées. Mais où est l'éthique que devrait suivre un élu territorial, lui même issu du corps médical (chirurgien) et membre de la commission du développement économique de son Conseil Départemental.

 

Une fois encore la démonstration est faite de la marchandisation de la médecine et de la dentisterie et de l'instauration d'une médecine à 2 vitesses.

 

Le laboratoire de proximité qui travaillait pour ce centre de santé depuis des années, va sans doute devoir licencier 2 collaborateurs.

 

Monsieur Laurent Vastel, Maire de Fontenay-aux-Roses, aurait certainement pu mesurer plus profondément les conséquences de son choix sur l'économie globale de sa ville, de son département ou de sa région. Il est affligeant de constater que ce sont les mêmes élus qui d'un côté prétendent travailler au développement économique d'un territoire, et de l'autre vont choisir de délocaliser des productions.

 

Les quelques centaines d'euros économisées vont avoir bien plus de conséquences sociales et financières pour la communauté territoriale. Aucune cotisation sociale ne sera collectée sur le travail des ouvriers chinois. Aucun impôt ni taxe, ne viendra abondé les caisses des collectivités locales ou de l'État. Les conséquences sociales pour des techniciens qualifiés qui connaîtront les affres de Pôle Emploi, seront supportées par l'ensemble de la population active française.

 

Si encore cette décision profitait aux habitants de Fontenay-aux-Roses ! Non !

 

Je doute que les tarifs proposés par le centre de santé pour les prothèses dentaires diminuent, tant le prix d'achat est éloigné du prix de vente du praticien.

 

Devons-nous nous résigner devant les effets de la mondialisation qui, pour ce qui est de la dentisterie, est bien plus de l'opportunisme mercantile ?

 

Ce ne sera pas le cas de l'UNPPD qui usera de tous les moyens juridiques et médiatiques pour assurer la pérennité des laboratoires de prothèse dentaire de proximité et pour assurer aux patients un accès à des prothèses dentaires de qualité française.

 

 

Laurent MUNEROT

Président de l'UNPPD

 

 

 

QUALIFICATION ET ACCÈS PARTIEL AUX ACTIVITÉS
OU «QUAND ON RÉCOLTE CE QU’ON A SEMÉ» 

 

Les syndicats dentaires s’inquiètent de l’avenir de la profession de chirurgien-dentiste en découvrant les textes européens et les propositions de transposition en droit français, concernant l’accès partiel à une partie de leur activité pour les hygiénistes dentaires et les denturologues.
Ceux-là même ne se sont pas inquiétés de favoriser la prothèse d’importation ou la CFAO direct au cabinet, au détriment de la profession de prothésiste dentaire.

 


Les syndicats dentaires ont toujours ignoré les propositions de l’UNPPD pour reconnaitre la profession de prothésiste dentaire ou l’excellence de la fabrication française. Nos propositions de Charte qualité commune ou de contrat de collaboration, nos propositions de faire parler la filière dentaire d’une seule voix, nos engagements pour la revalorisation des soins dentaires, n’ont jamais trouvé d’écho favorable. Bien au contraire, chaque occasion était prise de rabaisser notre métier à celui de «vulgaire sous-traitant».

 

Pourtant, au quotidien, c’est bien le prothésiste dentaire qui fait d’une prescription, une prothèse dentaire respectant les exigences d’un dispositif médical sur mesure et répondant aux attentes du patient, tant esthétiquement que fonctionnellement.

 

C’est bien le prothésiste dentaire qui, d’une empreinte classique ou numérique, analyse, conçoit et réalise en pensant avant tout au résultat dans la bouche d’un patient que pourtant il ne verra jamais.

 

Tous ceux qui l’ont pratiqué savent que la collaboration est le moyen de se rapprocher de l’excellence. En continuant de la refuser, les syndicats dentaires nous convainquent de faire d’autres choix pour notre profession.

 

En s’arrogeant le droit d’être à la fois prescripteur, fabriquant et même revendeur, au travers du devis indiquant un prix de vente, les chirurgiens-dentistes ont fait le choix de la marchandisation au détriment de la médecine buccale.

 

Il est grand temps que les autorités françaises et européennes redonnent à la population l’accès aux soins dentaires dont les besoins sont constamment mis en évidence par les rapports ou enquêtes.

 

L’UNPPD demande la reconnaissance de la profession de prothésiste dentaire avec l’exigence de qualification au niveau III, BTS/BTMS.

 

Les compétences acquises par les prothésistes dentaires pourraient également être mises au service d’une population de plus en plus éloignée de l’appareillage dentaires.

 

Laurent MUNEROT

Président de l'UNPPD

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 17 MAI 2016 

 

CE QUE VEULENT LES FRANÇAIS
EN MATIÈRE DE SOINS BUCCO-DENTAIRES

 

Selon un sondage de l'Institut Elabe, pour RMC découverte, les français sont très favorables à un plafonnement des tarifs des chirurgiens-dentistes.

 


Les français expriment ainsi leur avis sur les prix pratiqués en matière de prothèses dentaires.

 

Des prix jugés déjà exorbitants par nombre d'organisation, comme dernièrement par la Cour des Comptes dans son rapport qui sortira en septembre.

> Des prix qui empêchent bon nombre de citoyens français d'avoir accès à des prothèses dentaires ;

> Des prix qui incitent une partie des patients à se rendre à l'étranger pour se faire poser une prothèse dentaire ;

> Des prix pratiqués avec un total manque de transparence que l'UNPPD dénonce depuis des années ;

> Des prix pourtant acceptés et entretenus par les Caisses de Sécurité Sociale ;

> Des prix dont la fourniture du dispositif, la prothèse elle-même, ne représente que 17% , le reste relevant des honoraires du praticien !

 

Une couronne céramique coûte au chirurgien-dentiste en moyenne 120 Euros, si elle est fabriquée par un prothésiste dentaire qualifié en France et 45 Euros, si elle est fabriquée dans une “usine à dents” en Chine.

 

Les omniprésentes publicités des laboratoires de prothèse dentaire low-cost d'importation dans les revues des chirurgiens-dentistes, sont la triste conséquence de la création de la CMU et de l'instauration d'une médecine à deux vitesses.

 

Il est fort à parier que si un plafonnement du tarif des prothèses dentaires devait exister, les patients en seraient une fois de plus les grands perdants parce qu'ils retrouveraient dans leurs bouches des dispositifs venus d'Asie en dehors de toute conformité contrôlée, les praticiens maintenant leurs marges et leurs rémunérations.

 

La solution pour la sécurité et la santé des français, réside dans la séparation de l'acte prothétique et l'information rigoureuse des patients sur l'origine de fabrication des prothèses dentaires.

 

Laurent MUNEROT

Président de l'UNPPD

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 27 AVRIL 2016

 

TARIFS DES PROTHÈSES DENTAIRES,

LA CONNIVENCE ENFIN DÉNONCÉE !

 

Depuis bien des années l'UNPPD, Organisation représentative des prothésistes dentaires, dénonce le manque de transparence en matière de prothèses dentaires. Elle n'a jamais été entendue, pas plus des syndicats de chirurgiens-dentistes que des pouvoirs publics.

 

Que ce soit au moment des débats de la loi HPST, ou à la signature de la Convention CCAM, les autorités, Caisses d'Assurance Maladie en tête, ont toujours fait le choix de laisser aux patients un reste à charge exorbitant, pour le plus grand bien des “praticiens de l'art dentaire”.

 

Ceci a eu pour effet de faire exploser les importations de prothèses dentaires low-cost provenant de pays à bas coût de main d'œuvre.

 

Ce sont aujourd'hui les syndicats dentaires qui ont fait le lit de cette prothèse d'importation, à grand renfort de publicités dans leurs revues hebdomadaires, qui s'offusquent que la Cour des Comptes mettent en doute la transparence des coûts des soins bucco-dentaires.

 

Et pourtant ces mêmes syndicats dentaires ont toujours refusé les propositions de l'UNPPD, de reconnaître la Charte qualité CQ LAB et le label “Prothèse Dentaire Française”, qui permettraient aux patients de s'assurer de la qualité et de l'origine des prothèses dentaires.

 

Ces syndicats de chirurgiens-dentistes ont préféré conforter leurs marges, déjà avantageuses, au détriment de l'accès aux soins de la population.

 

Les syndicats dentaires, tout comme l'UNCAM, refusaient encore récemment lors du Grenelle de la Santé Bucco-dentaire, que notre organisation représentative des prothésistes dentaires fasse partie des discussions conventionnelles notamment pour le prix des prothèses dentaires.

 

Déjà en Août 2015, un rapport de la DGCCRF démontrait que le devis obligatoire, pourtant institué par les syndicats dentaires eux-mêmes, n'était pas respecté, pas plus que la remise obligatoire du certificat de conformité comportant l'origine de la fabrication du dispositif médical sur mesure.

 

Les chirurgiens-dentistes restent les seuls acteurs de profession médicale où la dissociation de l'acte prothétique n'existe pas.

 

Un chirurgien orthopédique ne vend pas de prothèses orthopédiques, un médecin ne vend pas de médicaments, un ophtalmologue ne vend pas de lunettes, même quand la prescription et la pose du dispositif médical lui incombe.

 

La solution pour que le plus grand nombre ait accès aux soins et à des prothèses dentaires de qualité n'est sans doute pas non plus le développement plus large des réseaux de soins. En effet, sous couvert de faire baisser les prix, ces réseaux font payer aux assurés sociaux, des soins de mauvaise qualité en obligeant les chirurgiens-dentistes à acheter des prothèses d'importation.

 

Il existe des solutions qui pourraient répondre aux attentes des assurés en matière d'accès à des prothèses dentaires de qualité à des tarifs accessibles à tous. L'UNPPD est prête à travailler avec les acteurs du financement des soins et de la filière dentaire mais uniquement dans le sens de la santé et de la sécurité de la population.


Laurent MUNEROT
Président de l'UNPPD

 

 

 

 

 

CQ LAB, LA QUALITÉ DES LABORATOIRES FABRICANTS
EN FRANCE, À L'HONNEUR

 

Le Dental Forum 2016 a été l'occasion de mettre à l'honneur 3 laboratoires de prothèse dentaire, qui ont mis en place la Charte d'Engagements Professionnelle et le label “Prothèse Dentaire Française”.
Vous pouvez visionner les vidéos témoignages de ces prothésistes dentaires et de leurs clients chirurgiens-dentistes sur notre chaîne YOU TUBE : UNPPD

 

 

C'est bien la démarche qualité qui est mise en avant et non l'apposition d'un simple logo. Le manuel CQ LAB et les documents-types délivrés aux laboratoires adhérents, leurs permettent de prouver à leurs clients chirurgiens-dentistes, qu'ils fabriquent en France dans le respect des exigences des dispositifs médicaux sur mesure.

 

De leurs côtés, les praticiens ont la certitude, en travaillant avec un laboratoire CQ LAB, que les dispositifs qu'ils délivrent à leurs patients, ont été réalisés dans les conditions optimales.

 

Il nous appartient, Laboratoires Français, de démontrer que nos fabrications sont celles que les praticiens doivent choisir. Au-delà du tarif, c'est la satisfaction du client qu'il faut rechercher : le chirurgien-dentiste pour le prothésiste dentaire mais aussi le patient auquel la prothèse dentaire est destinée.

 

Toute la filière dentaire est concernée. Nous devons être fiers de notre savoir-faire et le faire savoir au plus grand nombre. Chacun saura ainsi qu'à proximité de chez lui, il existe une équipe Praticien / Prothésiste à son service, garante d'une Prothèse Dentaire Française de qualité.

 

 

 

NOUVELLE CONTRIBUTION
SUR LES PREMIÈRES VENTES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX

 

La taxe sur les premières ventes de dispositifs médicaux a été supprimée pour être remplacée par une contribution redevable auprès de l’URSSAF.

 

POUR EN SAVOIR PLUS, CLIQUEZ ICI

 

Vous pouvez également contacter le CNIFPD, Melle Virginie Orfila au 01 49 29 46 11
ou par email : cnifpd@orange.fr

 

 

 

RÉPONDEZ À L'ENQUÊTE
SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE INITIALE
EN VUE DE LA RÉFORME DU BAC PRO

 

Chers Confrères et Chères Consoeurs,

 

Votre Organisation Professionnelle effectue, à l’aide de la Commission de l’enseignement, une étude en vue d’une modification du référentiel de notre Bac Professionnel.

Voici maintenant 5 années que ce Bac professionnel est mis en place, nous avons la possibilité d’en améliorer sa mise en oeuvre auprès de l’Education Nationale.

Dans le cadre de cette démarche qui vise à améliorer « in fine » la qualité de cette formation initiale en prothèse dentaire, nous vous invitons à répondre à ces quelques questions nécessaires à la CPC (Commission Professionnelle Consultative de l’Education Nationale) qui souhaite avoir l’avis des professionnels.

Grâce à votre participation vous prenant que quelques instants, la Commission de l’enseignement pourra construire et valider les modifications à apporter pour performer l’enseignement de cette formation.

 

Nous vous invitons donc à exprimer votre niveau de satisfaction, vos doléances ainsi que vos idées en suivant le questionnaire ci-dessous.

Une attention toute particulière est à observer pour que ce questionnaire soit le plus utile possible.

 

Bonne lecture,
Toute l’équipe de la commission de l’enseignement vous en remercie par avance.

 

TÉLÉCHARGEZ LE QUESTIONNAIRE EN CLIQUANT ICI


Réponse URGENTE, ce questionnaire s’adresse à tous les Professionnels syndiqués ou non, faites passer cette enquête à vos confrères !


par courrier à l’UNPPD 80/82 rue de la Roquette 75011 Paris,
par mail à unppd@unppd.org ou par Fax au 01 49 29 46 26

 

 

PROTHÈSE DENTAIRE FRANÇAISE

 

Ces derniers mois, toutes les enseignes d’importation s’achètent une vertu en communiquant sur le “Made in France” d’une partie de leur production.


La complicité des revues dentaires, permet à certains chirurgiens-dentistes, en toute connaissance de cause, de se camoufler derrière un drapeau pour duper leur patient.

 

Le sigle Prothèse Dentaire Française, est le seul label assurant aux praticiens, un gage de provenance et de qualité. La Charte CQ LAB a été conçue pour les laboratoires afin qu’ils puissent prouver devant les autorités compétentes et devant leur client, leur bonne pratique en matière de fabrication de dispositifs médicaux sur mesure.

 

Ces bonnes pratiques pourraient également devenir celles des prescripteurs chirurgiens-dentistes.

 

En choisissant une prothèse dentaire française, ils rassurent leurs patients sur l’origine et la qualité des dispositifs médicaux qu’ils posent.


De plus, ils font le choix de démontrer leur attachement à l’écosystème dentaire français, à notre système de protection sociale et d’Assurance maladie. Et tout simplement, ils participent à l’économie d’un pays qui en a tant besoin.


Tout comme les laboratoires français sont attachés au lien de proximité avec les cabinets dentaires du territoire.

 

L’UNPPD demande à la DGCCRF de contrôler les importateurs qui affichent une fabrication française. Les services de la répression des fraudes ne manqueront pas de contrôler la différence sur les certificats de conformité entre un dispositif effectivement fabriqué en France et un, produit à l’étranger.

 

L’UNPPD sollicite dès aujourd’hui les principaux syndicats dentaires à prouver leur attachement au tissu des laboratoires de proximité, en faisant le choix de plébisciter les laboratoires fabriquant en France plutôt que de continuer à faire le lit des importateurs.

 

Laurent MUNEROT
Président de l'UNPPD

 

 

 

LES CHIRURGIENS-DENTISTES VEULENT SAUVER DES DENTS,

NOUS VOULONS SAUVER NOS PROTHÈSES

 

Le mouvement “Sauvons nos dents“ a été lancé par les chirurgiens-dentistes, le 11 mars dernier et proclamé lors de la manifestation du 15 mars auprès des autres professions de santé. Se voulant le porte drapeau de la défense de la santé bucco-dentaire, l'ensemble des syndicats de chirurgiens-dentistes énoncent des vérités et affichent leurs revendications sur l'accès aux soins et la transparence des prothèses dentaires...

Les prothésistes dentaires, également acteurs de par leur relation avec les chirurgiens-dentistes, en ont été totalement écartés.

Devons-nous être réduits au rang de simple “main d'œuvre“ dans la réalisation des prothèses dentaires ?

 

Pour reprendre les éléments du communiqué de presse “Sauvons nos dents“ :

 

“Une marchandisation des prothèses aboutissant à une marchandisation de la pratique"
N'est-ce pas ces mêmes chirurgiens-dentistes qui ont obtenu que soit inscrit le prix de vente des prothèses dentaires sur le devis conventionnel ? L'affichage du coût de la prothèse dentaire aurait évité aux chirurgiens-dentistes cet amalgame et aurait permis une réelle transparence pour le patient.

 

"Stop au dentiste bashing ! (...) La profession réclame des soins rémunérés à leur juste valeur et des actes remboursés correctement"
L'Union Nationale Patronale des Prothésistes Dentaires s'est déjà positionnée sur la revalorisation des soins pour que les chirurgiens-dentistes puissent percevoir des honoraires à leur juste valeur, dissociés du coût de fabrication des prothèses dentaires, afin qu'ils ne soient pas associés à une simple corporation de "revendeurs" de prothèses.

 

“Les nécessaires dépenses d'investissement qui incombent aux chirurgiens-dentistes“
Les prothésistes dentaires doivent aussi investir dans leur laboratoire pour suivre les avancées technologiques (CFAO), pour lutter contre la concurrence des industriels qui veulent équiper les cabinets dentaires pour réaliser eux-même les prothèses et pour lutter contre la concurrence déloyale des pays à bas coûts de main d'œuvre et leurs importations de prothèses, dont on ne connait pas l'impact sur la santé publique mais qui sont pourtant remboursées par la Sécurité sociale et les mutuelles au même titre que les prothèses fabriquées en France.
Comment sauver des centaines d'emplois dans les laboratoires de prothèse dentaire ?

 

“Un mouvement de transparence et de vérités“
La transparence envers les patients, c'est ce que réclame l'UNPPD depuis des années. Pourquoi à l'heure actuelle, un patient ne sait toujours pas où et par qui a été fabriquée sa prothèse ? Les chirurgiens-dentistes sont pourtant en possession du certificat de conformité, document obligatoirement remis par les laboratoires de prothèse dentaire et qui devrait être remis automatiquement au patient.

 

"Christian Couzinou, Président de l'Ordre National des Chirurgiens-Dentistes, n'ayant jamais été reçu par la Ministre de la Santé malgré ses demandes officielles, sollicite publiquement une rencontre afin de porter les messages de la profession et soumettre le projet de Grenelle de la Santé Bucco-Dentaire. "
A l'instar du Dr Couzinou, l'UNPPD n'ayant jamais été reçue par la Ministre de la Santé malgré ses demandes officielles, sollicite publiquement une rencontre afin de porter les messages de notre profession et de participer au projet du Grenelle de la Santé Bucco-Dentaire.

 

Ces questions seront débattues par la profession lors du DENTAL EN REGION, les 3 et 4 avril 2015 au Palais du Pharo à Marseille.
Plus d'informations sur www.dentalforum2015.com

 

 

L'UNPPD REÇUE AU MINISTÈRE DE L'ARTISANAT

 

Bernard DETREZ, Président de l'UNPPD et Laurent MUNEROT, Membre du Bureau national ont été reçus le 11 mars dernier au Ministère de l'Artisanat afin d'exposer à Mme Delga, Secrétaire d'Etat, les revendications et orientations pour l'avenir de la profession.

 

Notre Ministère de tutelle a porté une grande attention aux problématiques qui touchent actuellement le métier de prothésiste dentaire :

> La réforme nécessaire de la qualification professionnelle à l'exercice du métier de prothésiste dentaire
> L’ouverture de notre métier vers d’autres activités
> Les dispositions annoncées par le Ministère de l’Économie en matière de transparence du prix des prothèses dentaires
> La problématique de la taxe ANSM à laquelle est soumise les laboratoires de prothèse dentaire

Ces points ont été débattus et le Ministère a confirmé le besoin réel d'un statut professionnel reconnu par tous et se propose de nous accompagner et de nous soutenir dans nos revendications auprès du Ministère de l’Économie, du Ministère de la Santé et de la Direction Générale des Entreprises.

L'UNPPD ne manquera pas de vous tenir informés des avancées de ces dossiers.

 

 


Nouvelle PROTECTION JURIDIQUE COMPLETE incluse

Afin d’apporter une valeur ajoutée encore plus grande à nos Adhérents, nous avons décidé d’inclure dans notre cotisation une Protection Juridique avec des garanties complètes à compter du 1er Janvier 2015. Cette solution est mise en place avec la Compagnie Allianz Protection Juridique.
Pour en savoir plus...



 

 

Rejoignez-nous en 2015...

 

Et bénéficiez de tous les avantages liés à votre adhésion

 

En 2015, l’UNPPD souhaite mettre à l’honneur ses adhérents sans qui nous ne pourrions représenter la profession. Nos services ont développé de nombreux partenariats, dont le premier vous permettra de compléter votre offre de protection sociale et nous sommes bien placés pour savoir que c’est un poste à lourd budget. D’autres partenariats vous sont présentés, toujours dans l’optique d’offrir à nos adhérents une palette unique d’expertise : sociales, juridiques, formations, charte qualité, services aux laboratoires.

 

 

 

UNIR POUR TRACER NOTRE AVENIR


L'UNPPD a su, ces derniers mois, défendre les positions des prothésistes dentaires fabricants en France. Le travail de ces dernières années, l'image du Dental Forum et de sa philosophie, la communication de notre syndicat et les positions du Bureau national de l'UNPPD, apportent aujourd'hui de nouvelles perspectives.

Le Bureau national de l'UNPPD est fier d'être acteur d'une action forte de la filière, issue d'un esprit d'union, afin qu'à la suite du Congrès de l'ADF 2014, évènement totalement réussi, nous puissions tous parler d'une seule et même voix.

 

Confraternellement

 

Michel Bastide
Secrétaire général de l'UNPPD

 

 

 

 

 

 

LA PROTHESE DENTAIRE EN TOUTE TRANSPARENCE


Interrogé sur le plateau de l'émission "Capital" sur M6 dimanche soir, Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, a affirmé qu'il comptait rendre obligatoire l'inscription sur les devis du prix d'achat des prothèses dentaires proposés par les chirurgiens-dentistes à leurs patients.

L'Union Nationale Patronale des Prothésistes Dentaires, syndicat représentatif des prothésistes dentaires, demande que ses positions soient prises en compte par le gouvernement pour le projet de loi pour l'activité et l'égalité des chances économiques et en aucun cas que cela soit inclus dans la future loi de santé.

 

FOCUS SUR LA PROTHESE DENTAIRE PAR LES MEDIAS

Suite aux déclarations d'Emmanuel Macron, de nombreux organes de presse ont contacté dès lundi l'UNPPD, retrouvez toutes les inetrventiosn :

> RTL MIDI : Débat en présence de Bernard Detrez, Président de l'UNPPD - Réécoutez l'émission
> EUROPE 1 : Interview de Bernard Detrez à 15h45 - Réécoutez l'émission
> FRANCE 3 / 19/20 : Reportage avec Jean-Pierre Sulovsky, Secrétaire général Adjoint - Revoir l'émission
> RMC : Interview de Bernard Detrez - Réécoutez l'émission
> SUD RADIO : Débat en présence de Michel Bastide, Secrétaire général de l'UNPPD - Réécoutez l'émission

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 24 SEPTEMBRE


L'Union Nationale Patronale des Prothésistes Dentaires, syndicat représentatif des prothésistes dentaires, suite à la concertation nationale de la profession, demande que ses positions soient prises en compte par le gouvernement pour la loi sur les professions réglementées, et par les syndicats de la profession de chirurgiens-dentistes dans les relations avec les prothésistes dentaires.

L'UNPPD réaffirme sa position pour une transparence totale en matière de prothèse dentaire : l’UNPPD demande aux praticiens de remettre obligatoirement aux patients le certificat de conformité, édité par le laboratoire précisant l’origine, le lieu de fabrication ainsi que le prix d'achat de la prothèse dentaire à la sortie du laboratoire.

 

L'UNPPD est contre l’entrée de capitaux extérieurs dans les sociétés d’exercice libéral de santé.

 

L'UNPPD est contre la facturation de la prothèse par le laboratoire réglée directement par le patient.

 

Le prothésiste dentaire n'est pas un professionnel de santé, l'UNPPD souhaite l'ouverture vers certains services au patient, réalisables par le prothésiste dentaire ne nécessitant pas d'actes médicaux : entretien, réparation, gouttière sportive, prise de teinte... En effet pourquoi certaines enseignes (magasins sportifs, grandes surfaces, Internet) commercialisent des kits de réparation de dentiers ou des protège-dents et que les laboratoires n'ont pas le droit de réaliser ce service au patient ?

 

Les prothésistes dentaires sont actuellement absents des discussions de l'UNOCAM et de la CNAMTS, l'UNPPD souhaite y participer au même titre que les autres membres des dites commissions pour la mise en place de la politique de santé dentaire en tant que syndicat représentatif des fabricants de DMSM.

 

L'UNPPD demande expressément que soit instaurée l'obligation d'un diplôme pour la création, reprise d'un laboratoire ou la gestion d'un centre d'usinage dentaire.

 

Conformément aux discussions en cours depuis 2 ans avec les représentants des chirurgiens-dentistes,

 

L'UNPPD demande que les relations commerciales entre chirurgiens-dentistes et prothésistes dentaires soient contractualisées individuellement.

 

L'UNPPD demande aux syndicats dentaires de reconnaître la charte professionnelle CQLAB défendant la transparence de la prothèse dentaire fabriquée en France en l'intégrant dans leur promotion auprès des patients en matière de prothèse dentaire.

 

L'UNPPD demande aux syndicats des chirurgiens-dentistes de démontrer leur attachement au service de proximité, de qualité, que leur procurent les laboratoires de prothèse dentaire français, en se positionnant face aux entreprises d'importations de prothèses dentaires, concurrents déloyaux de nos laboratoires, notamment en stoppant la promotion de ces entreprises d'importation dans leurs publications réservées à leurs adhérents.

 

L'UNPPD s'engage à défendre la profession de prothésiste envers et contre tous.

 

 

 

LES RÉSULTATS DE LA CONCERTATION NATIONALE

DES PROTHESISTES DENTAIRES



 

 

 

CONCERTATION NATIONALE DES PROTHESISTES DENTAIRES


Suite aux déclarations du Ministre de l’Economie et du Redressement productif, Arnaud Montebourg sur son projet de loi sur la croissance et le pouvoir d’achat et aux préconisations du rapport de l’Inspection Générale des Finances, le gouvernement réfléchit sur une nouvelle orientation de notre profession.

 

Les prothésistes dentaires ont répondu massivement à l'appel de l'UNPPD. Au-delà des idées et des opinions, c’est toute une profession qui s’est regroupée et qui a décidé d’afficher une image unifiée auprès de toutes nos instances représentatives.

 

De nouvelles perspectives se présentent à nous, l’UNPPD en tant que syndicat représentatif souhaite vous donner la parole afin que vous nous fassiez part de vos réflexions et des orientations que vous souhaiteriez voir mises en place pour l’avenir de notre profession. Les 3 800 laboratoires de prothèse dentaire français vont recevoir courant de la semaine prochaine par courrier un référendum où ils pourront exprimer leurs réflexions sur les différents axes que nous souhaitons leur proposer.

 

Dans l’intérêt de la profession, nous vous remercions vivement, Chères Consoeurs, Chers Confrères de nous retourner par courrier ou par email, ce questionnaire afin que nous puissions définir les orientations de manière collégiale pour le bien de toute la profession. L’avenir de notre profession vous appartient.

 

Confraternellement


Bernard DETREZ, Président de l’UNPPD
Les Membres du Bureau National de l’UNPPD

 

 

 

LES 3 800 Laboratoires de prothèse dentaire

et leurs 18 850 actifs ont été entendu grâce à leur action

 

 

 

 



Un raz de marée… Des milliers de dents ont été reçues par le Ministère de l'Economie. La réaction du Cabinet du Ministre Arnaud Montebourg ne s'est pas fait attendre, M. Bernard Detrez, Président de l'UNPPD, M. Michel Bastide, Secrétaire général de l'UNPPD et Mme Céline Le Sec'h (Chargée de communication UNPPD), ont été conviés hier en fin d'après-midi à l'Hôtel des Ministres.

En présence du Conseiller chargé des réformes structurelles de la consommation et de la concurrence, M. le Ministre Arnaud Montebourg a également souhaité en personne nous entretenir de son projet de loi.

Même si le discours est encourageant, nous avons pu avoir une discussion ouverte sur l'élaboration et les orientations du projet de loi sur la croissance et le pouvoir d'achat concernant notre profession.

L'UNPPD a réaffirmé la place réelle du prothésiste dentaire dans la relation tripartite, patient / chirurgien-dentiste / prothésiste et dans l'économie française. Tout en ne négligeant pas de faire la lumière sur les difficultés que nos confrères rencontrent dans leur quotidien.

M. Detrez et M. Bastide ont pu se rendre compte des dispositions positives que M. le Ministre leur a assurées. Mais à l'orée d'une rentrée qui s'annonce bien chargée, elles nous incitent à rester vigilants sur les mesures qui seront prises et à préparer de nouvelles actions en perspective.

Cette accroche a ainsi pu révéler tout son sens :
TOUS ENSEMBLE, NOUS POUVONS ÊTRE ENTENDUS.

 

 

 

ACTION NATIONALE DES PROTHÉSISTES DENTAIRES

 

LES PROTHÉSISTES DENTAIRES
ONT UNE DENT CONTRE LE SYSTÈME
Suite aux déclarations de M. le Ministre de l'Economie,
Arnaud Montebourg, sur les professions réglementées.



L'Union Nationale Patronale des Prothésistes Dentaires (UNPPD) a appelé tous les laboratoires de prothèse dentaire français à mener une action suite aux déclarations de M. le Ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, sur les professions réglementées.

 

L’ensemble des laboratoires de prothèses dentaires français a souhaité réagir aux déclarations infondées de M. Montebourg qui attestent de la méconnaissance des politiques sur le système dentaire français, de son processus de fabrication et de sa mise sur le marché vers les patients.

 

A l’heure actuelle, les prothésistes dentaires pourtant fabricants de ces Dispositifs Médicaux Sur Mesure, ne sont pas conviés aux discussions concernant les prothèses dentaires, M. le Ministre trouve-t-il cela normal ? Notre profession souhaite ardemment participer aux négociations entre autre avec l’UNOCAM sur la prise en charge des prothèses dentaires où les syndicats dentaires sont présents, eux et que notre profession soit enfin reconnue à juste titre.

 

Il est grand temps que le gouvernement et les différentes instances qui nous ignorent trop, se rendent compte que les 3 800 laboratoires de prothèse dentaire et leurs 18 850 actifs sont touchés de plein fouet par de nombreux facteurs économiques. Cela s’ajoutant à la situation économique précaire de nombre de nos confrères due à la concurrence déloyale des prothèses d’importation venues d’Asie, des pays de l’Est et du Maghreb, qui ne sont soumises à aucun contrôle ni taxe de quelque ordre que ce soit mais pourtant prises en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles, contribuant ainsi à la fermeture de laboratoires et aux pertes d’emplois de salariés.

 

L'appel de l'UNPPD, syndicat représentatif de notre profession a été lancé à tous les prothésistes dentaires d'envoyer en masse, le vendredi 25 juillet au Cabinet du Ministre, une prothèse dentaire afin qu'il entende enfin nos revendications.

 

 

 

 

APPEL A UNE ACTION DES LABORATOIRES
DE PROTHESE DENTAIRE LE VENDREDI 25 JUILLET
SUITE AUX DECLARATIONS D'ARNAUD MONTEBOURG


L'UNPPD appelle tous les prothésistes dentaires à lancer une action le vendredi 25 juillet prochain.

Nous vous invitons à envoyer au Cabinet du Ministre de l'Economie une dent ou un élément prothétique sous enveloppe accompagné du courrier que vous trouverez en téléchargement ici.
 
Afin de faciliter votre envoi, nous avons également préparer une étiquette (téléchargez ici) prête à imprimer et à découper avec l'adresse du Ministère pour coller sur votre pli.

Afin que notre action de masse soit percutante, les laboratoires devront impérativement faire partir ce pli le vendredi 25 juillet afin "d'inonder" M. Le Ministre de nos revendications.

M. Bernard Detrez, Président de l'UNPPD et les membres du Bureau national vous remercient de votre implication dans cette action qui montrera que tous ensemble nous pouvons être entendus.

Comme nos homologues taxis, routiers, bonnets rouges… C'est ensemble que nous réussirons.

Confraternellement

 

 


COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 JUILLET 2014

 

Quand Arnaud Montebourg se trompe de cible


"M. le Ministre, avant de faire de telles déclarations, il serait sans doute de bon ton que vous et votre Cabinet, en charge, semble t'il de l'Economie, preniez conscience de l'impact dévastateur et totalement injustifié qu'une telle annonce peut avoir sur nos entreprises artisanales. 

Car rappelons-le, le métier de prothésiste dentaire est une profession artisanale et non comme vous semblez le penser, une profession médicale ou libérale. 

Le prothésiste dentaire est un fabricant de dispositifs médicaux sur mesure agissant sur ordre et par prescription du chirugien-dentiste ; soumis à la réglementation d'être titulaire d'un diplôme pour pouvoir s'installer, de se déclarer à l'Agence nationale de Santé (l'ANSM) en tant que fabricant et de suivre la réglementation européenne en vigueur.


Derrière votre pupitre hier, vous avez dirigez un doigt accusateur en parlant de Monopole ?

Mais quel monopole dénoncez-vous ?


L'UNPPD vous a rencontré à l'occasion du salon Made in France en 2012 et en 2013, M. le Ministre, pour vous interpeller sur la situation précaire de nombre de nos confrères et des problèmes économiques qui touchent notre profession dû à la concurrence déloyale des pays hors UE et de l'arrivée des nouvelles technologies dans nos laboratoires. 

En 10 ans, 28 % des laboratoires de prothèses dentaires ont cessé leur activité.

Peut-on parler de monopole pour une profession, on ne peut plus touchée par la concurrence quelle qu'elle soit ?M. le Ministre, vous nous aviez promis un rendez-vous !


Mais là encore, ce ne furent que des mots ! 


Malgré plusieurs relances, la seule réponse qui nous a été donnée a été de nous inviter à rencontrer notre Ministère de tutelle, celui de l'Artisanat.

Pour finalement s'entendre dire par le Ministère de l'Artisanat que les problèmes économiques des prothésistes dentaires devraient être étudiés par le Ministère de la Santé mais qui ne se sent pas concerné car nous ne sommes pas considérés comme étant une profession de santé mais une profession artisanale...


Comment pouvez-vous, en tant que Ministre de la République, tirer à boulet rouge sur les prothésistes dentaires, faire des déclarations d'une telle violence sur une profession que vous ne connaissez pas et que vous ne faites même pas l'effort de comprendre ?


Aux gesticulations verbales et aux imprécations dévastatrices, ne devriez-vous pas privilégier le rapprochement avec notre instance représentative avant de déclencher un conflit ouvert contre notre profession qui, dans le contexte actuel, n'avait vraiment pas besoin de cette attaque infamante ?


Doit-on vous rappeler que le prothésiste dentaire n'a pas le monopole du prix de la prothèse mise sur le marché ? Le prix facturé au patient étant défini par le chirurgien-dentiste, il englobe le coût de fabrication de la prothèse, l'acte chirurgical, les charges de cabinet tels que codifiés par la Sécurité sociale et par l'avenant n°3 des chirurgiens-dentistes avec le devis conventionnel.

La transparence du prix de la prothèse avait été demandée lors des débats sur la loi HPST mais est restée sans suite.

De plus, l'autorité de la Concurrence, en son avis de mars 2012 concernant les effets de l'exclusivité de la vente des prothèses dentaires par les chirurgiens-dentistes, avait insisté sur le fait qu'on ne pouvait remettre en cause la réglementation qui consacre le monopôle de l'art dentaire.


L'UNPPD, syndicat représentatif des prothésistes dentaires français, vous demande donc instamment M. le Ministre de l'Economie, de revenir sur vos déclarations concernant notre profession et de nous exclure de ses futures mesures, celles-ci ne nous concernant nullement, au vu des éclaircissement que nous cru bon devoir vous apporter.

M. Montebourg, hier à Bercy, vous auriez pu faire l'économie d'une telle erreur d'appréciation et d'analyse économique. Car en vous trompant de cible, c'est toute l'image d'une profession que vous entachez auprès du grand public ! Et croyez nous, elle n'avait pas besoin de cela dans le contexte actuel, mais plutôt de votre soutien !

 

 

 

 

 

POUR CONNAITRE VOS MODALITES DE PRISE EN CHARGE

> Contactez votre conseiller Opcalia de votre région
en téléchargeant la liste des contacts

 

POUR CONTRIBUER
> Téléchargez le bordereau de versement 2015 sur
www.opcalia.com



 

 



Les Avantages

Le Bulletin d'adhésion

La Protection juridique

Les Partenariats


Abonnez-vous


Consultez les annonces