« Zéro reste à Charge » : L’alerte de l’UNPPD

Written by | Actualités, Non classé

Paris, le 8 juin 2018. La réforme des soins dentaires est au coeur de l’actualité avec le coup d’envoi de la mise en place du « Zéro reste à charge » et le prochain Congrès de la Mutualité Française qui se déroule du 13 au 15 juin. L’UNPPD, seule institution représentative de la profession, alerte sur les conséquences de cette nouvelle politique. En l’état, l’essor des prothèses de moindre qualité et d’importation est prévisible alors que l’objectif d’accès aux prothèses dentaires pour tous les patients pourrait être atteint sans que ce soit au détriment de la qualité.

En quoi, le plafonnement du prix des prothèses dentaires pourrait-il affecter leur qualité ?

En plafonnant les tarifs des prothèses dentaires, un effet sur la qualité va être induit car le chirurgien-dentiste aura alors tendance à choisir des prothèses de moindre qualité, donc moins chères, afin de préserver sa marge. Il faut savoir que le coût, par exemple, d’une couronne céramo-métallique est de 120 à 160 € par un prothésiste français contre 50 € par un laboratoire d’importation.
Or les prothésistes dentaires ont un véritable savoir-faire et un statut de fabricant de dispositifs médicaux français. Ils sont soumis à une réglementation stricte pour préserver la santé des patients. Une prothèse dentaire française garantit un produit conforme à la règlementation, composé de matériaux estampillés CE.

Quelle serait la solution pour un accès à une prothèse de qualité et au juste prix ?

L’information du consommateur doit être améliorée, et plus encore avec la mise en place de paliers de soins. De nombreux manquements ont été relevés, notamment par la DGCCRF, sur l’absence de transparence sur l’origine exacte du dispositif, des devis non conforme à la règlementation, ou des allégations valorisantes infondées. Or les chirurgiens-dentistes sont tenus de délivrer plusieurs types d’informations avant le déroulement de certains soins, comprenant le coût des traitements proposés mais aussi le prix de vente du dispositif médical sur mesure proposé. Il doit aussi préciser l’origine géographique de la fabrication des prothèses. L’UNPPD souhaite y ajouter la déclaration de conformité de la prothèse dentaire, établie par le laboratoire.

La dissociation de l’acte de prothèses dentaires reste la seule solution équitable et transparente pour que le patient puisse avoir accès à une prothèse de qualité au juste prix.

Les professions de chirurgien-dentiste et de prothésiste dentaire travaillent en étroite coopération afin de proposer aux patients des dispositifs médicaux sur-mesure de qualité garant de leur sécurité. L’UNPPD appelle à plus de transparence pour que chaque patient puisse bénéficier de l’information la plus juste.

 

Contact presse : Article Onze
Delphine Beauchesne – Tél. : 01 55 60 24 45 – [email protected]

Last modified: 8 juin 2018