Historique

HISTOIRE

Les ancêtres des prothésistes dentaires sont les “mécaniciens-dentistes”, terme utilisé jusqu’à l’arrêté ministériel du 31 mai 1974 qui substitue définitivement le terme de mécanicien-dentiste par celui de prothésiste dentaire, et lui confère le titre d’artisan, en définissant les diplômes et certificats techniques pour accéder à ce métier.

Un peu d’histoire pour comprendre les enjeux actuels…

Entre les 2 guerres, les plus entreprenants des “mécaniciens- dentistes” se mettent à leur compte pour fabriquer des prothèses, tandis que les autres travaillent chez des praticiens qui avaient créé un laboratoire attenant à leur cabinet pour leurs seuls besoins. Plus tard, les nouvelles lois sociales et l’augmentation des frais occasionnés par la création d’un laboratoire finiront par entraîner la séparation des deux activités, bien que, par nature, les professions dépendent l’une de l’autre et se complètent.

Après la seconde guerre mondiale, la fabrication de prothèses dentaires prend un essor considérable de par les développements technologiques.

C’est dans ce contexte que naît en 1964, l’Union Nationale Patronale des Prothésistes Dentaires.

Les deux professions de prothésiste dentaire et de chirurgien-dentiste deviennent clairement distinctes, l’une dépendant du Ministère de la Santé et l’autre du Ministère de l’Artisanat.

Aujourd’hui et grâce aux actions menées depuis de nombreuses années par l’UNPPD, la profession s’est vu reconnaître par différentes décisions des tribunaux, de l’Etat français et de l’Europe, un statut à part entière de fabricant selon la directive européenne 93/42 CE, sur les dispositifs médicaux, entrée en application en France en 1998.

L’UNPPD est membre de la CNAMS (Confédération Nationale de l’Artisanat des Métiers de Service et de Fabrication) et de l’U2P (Union des entreprises de proximité).

cnams-logo
u2p-logo