Il était une fois… la Normandie

Written by | Actualités

Bonjour à toutes et tous.
Notre Rédacteur en chef m’a demandé d’ouvrir cette nouvelle rubrique du “Tour des Régions de France” et je le reçois comme un grand honneur. « Tu as carte blanche, me dit-il, tu fais comme tu le sens !!! ». Bien, ceci étant dit, me voici devant ma page blanche avec mission de témoigner et de faire découvrir la Normandie à mes consoeurs et confrères.

Effectivement, je pourrai vous dire que la Normandie représente quelques 120 laboratoires, répartis de façon géographique assez homogène. Que je travaille en collaboration avec les CARSAT Normandie et Auvergne afin de présenter au niveau national des fiches de sécurité évolutives sur les protections de nos salariés. Vous dire que j’ai rencontré dernièrement la représentante régionale de l’AG2R, partenaire historique de notre OP, pour proposer aux laboratoires et à leurs dirigeants différents produits de prévoyance, financements aux autres assurances. Oui, je pourrai…

Mais voilà, compte tenu de ces temps moroses, tristes, anxiogènes et surtout incertains, je vais plutôt vous présenter une légende peu connue de la Normandie et de son lien secret et confidentiel avec le monde dentaire, connu des seuls initiés. Je vous propose de me suivre dans ce voyage décalé et « freestyle ».

Cinq départements, plus le sixième outre-Manche conquis de haute bataille par notre Guillaume le Conquérant en 1066. Je veux bien évidemment parler de l’Angleterre. Nous y reviendrons.

La Seine-Maritime

De Dieppe à la Seine avec Etretat et son aiguille creuse qui en fait n’est autre que la canine d’un être géant enfoui dans les profondeurs de la Terre. À l’intérieur se cache le trésor d’Arsène Lupin…

Le Calvados

Son terroir et ses produits bien connus que sont le calva et le camembert , mais aussi les plages du débarquement partagées avec la Manche, batailles qui, telle une langue, ont permis de pénétrer les lignes ennemies lors des batailles d’Avranches et Falaise et qui, comme un groupe incisif bien coupant, ont cisaillé les contre-attaques allemandes et ainsi permis de démarrer la reconquête de nos libertés.

L’Orne (ou Suisse normande)

Département équin qui, à l’est avec le Perche, a pour emblème ce cheval costaud et élégant qui prenant le mors aux dents, tractait de toute sa puissance des engins agricoles modelant l’aspect rural de nos territoires. À l’ouest, la Fosse Arthour (fosse d’Arthur), lieu historique réel et prouvé de l’endroit où le Roi Arthur réussit à extraire Excalibur de son rocher, contrairement à ce que pourrait vous raconter tel ou tel breton et sa légende comique et pour non-initié de Forêt de Brocéliande ou autre fictif Merlin l’Enchanteur…

L’Eure

Château Gaillard, demeure de Richard Cœur de Lion, duc de Normandie et roi d’Angleterre (ah oui les Anglais au fait, je les avais oublié ceux-là !!!), forteresse vigie des boucles de la Seine plantée du haut de la colline des Andelys tel un axe pivot commun à toutes les dents (bon d’accord c’est limite !!).

Et enfin la Manche

Département discret, caché, “taizeux” comme on dit en patois, mais riche au sud de son Mont-Saint-Michel, magnifique au nord par ses paysages écossais et secret au centre par ses marais et ses pâturages. Eh oui, le secret que vous attendez tous est là, caché dans les sables de la baie et je vais vous le révéler.

En fait un groupe très discret de personnes initiées le connaissent depuis peu puisqu’il fut découvert lors des travaux appelés à tort “désensablement du Mont-Saint-Michel” mais plutôt “retour à son caractère maritime”. L’impensable fut découvert lors de fouilles le long des remparts… Les fondations de l’édifice, que l’on croyait depuis Saint Aubert être un banal rocher, ont fait apparaitre trois racines facilement reconnaissables par nous tous, artisans de l’Art Dentaire, celles d’une molaire géante !!! Fait-elle le pendant de la canine d’Etretat et ainsi dessine une bouche normande ? Nul ne le sait.

Il me reste à vous décrire le sixième département normand plus communément appelé Angleterre, mais il faudrait plus de temps et les divulgations de Meghan Markle le mettent plutôt à mal en ce moment. L’Art dentaire y est présent, ne serait-ce que cet exemple simple et moderne qui dicte nos appareils électroniques à savoir la dent bleue ou Bluetooth. Preuve de plus que le normand est partout.

Il existe encore de nombreux secrets sur la Normandie comme la fonderie de cloches de Villedieu-les-Poêles qui utilise de façon industrielle les mêmes méthodes de travail de cire perdue (les cloches de Notre-Dame de Paris viennent de là ! [NDLA : clin d’œil à Céline]) que, sincèrement, je vous invite à venir découvrir par vous-mêmes quand ce foutu virus aura disparu et que nos libertés de mouvement et d’accueil seront élargies et revenues à la normale.

Voilà, je termine ces révélations par la preuve irréfutable de la véracité de mes propos en vous laissant admirer cette photo prise lors du dernier épisode neigeux de février.

Peut- être un autre jour vous raconterai-je l’histoire d’une guerre, il y a de nombreuses années, qui se situait au fin fond de la galaxie et dont on trouve quelques restes enfouis dans les sables de la Baie.


Accordez-moi l’excuse que toutes ces élucubrations n’ont eu pour but que de vous distraire et n’engagent en aucun cas la rédaction de notre revue quant à la santé mentale de son auteur.

Merci à tous de votre indulgence pour cette première page de notre tour de France des Régions et bon courage aux suivants.

Benoît RABEL
Délégué régional Normandie de l’UNPPD

Last modified: 24 mars 2021