COVID 19 : Comment définir un cas « contact » / Suspicion de Covid chez un salarié, que faire ?

Written by | Affaires sociales

COVID 19  : Comment définir un cas «  contact  »

Selon le Questions-Réponses du ministère du Travail en date du 13 octobre 2020, les cas contacts rapprochés sont les personnes ayant eu un contact avec une personne porteuse de la Covid-19  :

  • soit en face à face à moins d’un mètre et sans masque ou autre protection efficace  : embrassade, poignée de main  ;
  • soit plus de 15 minutes, dans un lieu clos, à moins d’un mètre et sans masque  : repas ou pause, conversation…
  • soit à l’occasion d’échanges de matériel ou d’objet non désinfecté  ;
  • soit parce qu’elles partagent le même lieu de vie.
  • Le cas contact d’un cas contact n’est pas un cas contact.

Les cas contacts sont avertis par l’Assurance Maladie dans le cadre de la procédure de contact tracing.

Ils doivent rester isolés pendant 7 jours après le dernier contact avec la personne testée positive et effectuer un test le 7e jour. Faute de pouvoir télétravailler, ils sont placés en arrêt de travail par l’Assurance Maladie, qui leur délivre un arrêt de travail sans jour de carence. Cet arrêt de travail est rétroactif.

Que faire si un salarié est asymptomatique mais est considéré comme étant «  cas contact étroit  »  ?

Toute personne ayant été en contact rapproché (moins d’un mètre sans masque) avec une personne présentant un cas de Covid-19, doit rester ou rentrer chez elle, consulter un médecin sans délai et se faire dépister et s’isoler dans l’attente des résultats. L’employeur doit lui fournir ces informations.

Que faire lorsqu’un salarié présente des symptômes ou est malade  ?

Se référer aux recommandations générales  sur le site internet du gouvernement.

  • Isoler toute personne symptomatique  dans une pièce dédiée et aérée. Rester à un mètre minimum d’elle et porter un masque si possible chirurgical. Mobiliser le professionnel de santé de l’établissement, un sauveteur/secouriste du travail formé au risque Covid-19 ou le référent Covid. Lui fournir un masque avant son intervention.
  • En l’absence de signe de gravité, contacter le médecin du travail ou demander à la personne de contacter son médecin. Organiser son retour à domicile en évitant les transports en commun (lui fournir sinon un masque si possible chirurgical).
  • En cas de signe de gravité (détresse respiratoire…), appeler le SAMU  : composer le 15 en étant suffisamment proche de la personne afin de permettre au médecin de lui parler. Le cas échéant, organiser l’accueil des secours, rester à proximité de la personne le temps de leur arrivée.
  • Prendre contact avec le service de santé au travail après la prise en charge par les secours de la personne présentant des symptômes. Suivre ses consignes pour le nettoyage et la désinfection du poste de travail et le suivi des salariés ayant été en contact avec le cas.
  • Isoler et inviter toute personne ayant été en contact rapproché (moins d’un mètre pendant plus de 15 minutes sans masque) avec une personne présentant un cas de Covid-19, à rester ou rentrer chez elle, à consulter un médecin sans délai et se faire dépister et s’isoler dans l’attente des résultats.

Un salarié testé positif dispose d’un arrêt de travail. L’employeur doit imposer au salarié le respect de son arrêt de travail.

En règle générale à la fin d’un arrêt de travail le salarié retourne au travail sans nouvel avis médical. Avec la Covid-19, le principe reste-t-il le même  ?

Un avis médical n’est pas nécessaire pour un retour à l’emploi si les critères de guérison clinique sont bien remplis. Toutefois, il parait sage de laisser à l’appréciation du médecin la possibilité de cet avis, notamment s’il juge que le patient sera peu coopératif ou en cas de demande de ce dernier. En outre, il est recommandé de faire un test à l’issue de la période d’isolement.

Les personnes ayant déjà contracté le virus et en ayant guéri sont-elles obligées de porter un masque (lorsque celui-ci est obligatoire) et de respecter les gestes barrières et la distanciation physique  ?

L’objectif de la mesure est de se protéger et de protéger les autres. En l’absence d’informations précises sur l’existence et la durée d’une immunité pour les personnes déjà contaminées, et des risques de contamination par ces personnes, l’obligation de respecter les gestes barrières et de porter un masque est valable pour l’ensemble de la population.

POUR RAPPEL
Si un de vos salariés est testé positif, celui-ci doit se faire arrêté par son médecin traitant. L’employeur, lui, doit se mettre en contact avec son centre de médecine du travail et suivre les consignes transmises sur la marche à suivre au laboratoire.

 

Last modified: 2 novembre 2020