Poison d’Avril

Written by | Edito

Ce titre du cahier spécial du Fil Dentaire reflète bien le sentiment de la plupart des praticiens envers le 100 % santé.
Au-delà des descriptions des nouveaux tarifs de soins revalorisés qui permettront aux praticiens, chirurgiens-dentistes d’améliorer leurs revenus, le poison se situe plus certainement en dernière page du dossier.

Cette page de publicité est la flagrante démonstration du problème de transparence qui vérole notre système dentaire français.

L’affichage du “fabriqué en France” devient le leitmotiv rassurant des importateurs de prothèses dentaires.

Comment les praticiens et encore plus les patients peuvent-ils faire confiance à des entreprises quand, à la même adresse que ce soi-disant laboratoire de fabrication française, on trouve pas moins de trois officines d’importation ?

Comment s’assurer que la prothèse qui va être posée aux patients est bien une prothèse d’origine et de qualité française ?

La déclaration de conformité remise obligatoirement au patient comporte-t-elle l’origine exacte de fabrication ?

Et encore faudrait-il qu’elle soit remise au patient…

Pourrons-nous compter sur une prise de conscience des chirurgiens dentistes ?

Il faudra les aider à choisir la transparence et la coopération avec les laboratoires de proximité en faisant appliquer l’obligation d’affichage de l’origine de fabrication sur le nouveau devis et sur la déclaration de conformité, voire même l’affichage du prix d’achat pour informer les patients et les financeurs.

 


Laurent Munerot

Président de l’UNPPD

Last modified: 18 février 2019